Que penserait La Bruyère du maquillage Nude ?

La tendance Nude c’est l’illusion parfaite du teint naturellement frais. Adieu le smoky et le rouge flamboyant, priorité aux teintes couleur de peau. Le principe : retrouver le teint et la fraicheur de la jeunesse grâce à un effet bonne mine. Le critère : l’invisibilité. On semble donc être arrivé à un aboutissement dans la duperie au grand bonheur de ces dames, car quoi de plus agréable qu’un teint parfaitement naturel dont on ne peut déceler la supercherie ?

Rappelons ce que disait ce cher La Bruyère dans ses Caractères à propos du maquillage : « vouloir paraître selon l’extérieur contre la vérité ; c’est une espèce de menterie. » Sachant qu’au dix-septième siècle l’art du fard était bien loin de la tendance actuelle, mais plutôt dans le surdosage de poudre blanche et de fard à joue bien rouge, autrement dit en plein dans l’ostentation, on peut se demander ce que La Bruyère aurait pensé du Nude. Pour ce qui est du rendu visuel, notre auteur aurait surement adhéré. Maintes fois, il a dénoncé l’aspect inesthétique du maquillage, enlaidissant plutôt que le contraire : « je leur prononce, de la part de tous les hommes ou de la plus grande partie, que le blanc et le rouge les rend affreuses et dégoûtante.» La tendance Nude au contraire a le mérite d’exclure l’ostentatoire et le déguisement de peau. Mais pour ce qui est de la « menterie », il y aurait incontestablement plus à dénoncer. Car si au dix-septième siècle on pouvait encore ne pas être dupe, et deviner aisément la vieillesse derrière l’artifice, ou tout simplement faire le constat par un simple regard de la présence d’une supercherie, la tromperie du Nude peut quant à elle être indétectable. Par conséquent, le maquillage du vingt-et-unième siècle s’est perfectionné dans la « menterie » dénoncée par La Bruyère, en cherchant à rendre invisible ce qui était encore visible à l’époque. Aujourd’hui, distinguer le vrai du faux n’est pas une mince affaire précisément parce que le faux n’est plus de l’ordre du paraître mais du disparaître.

Photo : Campagne Dior skin nude avec Natalie Portman

1