De la volonté d’avoir du style

A chaque coin de rue il y a quelque chose à voir de l’autre : à Paris la recherche vestimentaire se remarque tous les jours. On la critique, on l’honore, on la tait, bref, on la juge. Pourtant, on nous apprend depuis notre plus jeune âge à ne pas juger autrui selon l’apparence. C’est qu’on ne peut pas s’en empêcher. Pourquoi ? Parce que le vêtement nous sollicite, il s’adresse à nous en nous renvoyant une image : le vêtement est en parti destiné à l’autre. En ce sens, le style, le look se donne comme moyen de communication et vise à dire quelque chose de soi, à l’autre.

La parole du style incite à l’interprétation : il y a une message à comprendre, cependant il se donne de manière plus ou moins transparente. En effet, il y a les styles évidents, sans fards, honnêtes même. Ce sont ces styles vestimentaires, qui en mettant l’accent sur certaines pièces ou certains détails, rendent visible une tonalité générale. Ces styles transparents nous disent ce qu’ils nous montrent, et révèle la personne à un instant T de sa vie. Prenons par exemple l’homme en costume cravate, mallette à la main. Il nous indique d’une part qu’il est actif, d’autre part que son travail nécessite élégance, sérieux, et surtout son style indique une catégorie sociale. La femme en talon aiguille et jupe courte, indique quant à elle une volonté de séduction, c’est la femme « sexy ». Mais il y a aussi la sophistiquée, l’excentrique, la sportive… Au tant de styles classables selon des indicateurs visuels, manifestant une intention de signification. Reconnaître un style est donc chose possible. Ce qui atteste davantage cette possibilité, c’est que le style nous donne à penser : jugement esthétique ou jugement de valeur, en tant que destinataire le style nous rend juge du monde qui nous entoure. Or, l’homme en costume cravate est tout à fait conscient des jugements qu’il sollicite. C’est au sein de la relation entre paraître et jugement que l’image vestimentaire prend toute sa valeur, dans la mesure où l’autre entre en jeux. Le style vestimentaire dit « je m’habille donc je suis », c’est une reconnaissance de soi vis à vis d’autrui.

2